notre actualité

Territoire Grand Paris Nord

17 mars 2018

REMETTRE DE LA NATURE EN VILLE

Aurélie COUSI, directrice générale adjointe de Grand Paris Aménagement a signé le 15 mars l’appel international du CIBI à développer la biodivesité pour remettre de la nature en ville.

Remettre de la nature en ville

Remettre de la nature en ville : Renforcer le lien Homme-Nature en ville, telle est l’idée générale de cet appel lancé par ce collectif d’une quarantaine d’acteurs de la ville sous la houlette du Conseil international biodiversité et immobilier (Cibi). L’association a développé depuis quatre ans le label BiodiverCity destiné à tous les maîtres d’ouvrages, maîtres d’œuvre et acteurs de la construction. Grand Paris Aménagement contribue à sa mise en place en étant site pilote sur l’ecoquartier de la Pépinière à Villepinte.

 

Considérant qu’à l’horizon 2050, 80% de la population mondiale sera citadine, la biodiversité urbaine constitue un enjeu majeur. Constructeurs, professionnels de l’immobilier, utilisateurs, écologues, architectes, jardiniers et paysagistes, collectivités et institutions publiques, mais aussi associations de protection de la nature unissent leurs forces pour relayer cet appel à la mobilisation. Au-delà de la surface d’espaces verts par habitant, critère objet de palmarès réguliers pour comparer les villes entre elles, la question de la connexion à la nature, de l’interaction que les citadins ont avec le vivant, est en jeu.

 

Une charte, en 10 actions clés, engage ses signataires à intégrer le vivant dans tout projet urbain.

 

  1. Favoriser l’intégration de la biodiversité (végétalisation, accueil de la faune, agri- culture urbaine) dans tous les projets, neufs ou de rénovation, mais aussi existants déjà en gestion.
  2. Recenser dans son patrimoine les espaces pouvant accueillir le vivant (ouvrages existants ou en projet).
  3. Intégrer la biodiversité, la végétalisation en amont, dès la première phase de programmation.
  4. S’entourer de compétences dédiées au vivant (écologues, paysagistes) pour gui- der la conduite du projet.
  5. Considérer le site, l’environnement écologique, paysager et culturel local dans le- quel s’inscrit le projet.
  6. Favoriser la mise en œuvre d’une labellisation de type Biodivercity® et viser un haut niveau d’engagement dans le volet biodiversité des certifications environne- mentales telles que BREEAM®, HQETM, LEED® and WELL Building Standard®.
  7. Mettre en œuvre une mesure de l’évolution du potentiel écologique du projet, avant mise en œuvre et après (projection).
  8. Viser l’interaction entre le vivant et les usagers (habitants pour un projet de loge- ment, salariés pour un projet tertiaire, consommateurs pour un projet commercial) au bénéfice de leur bien-être et du développement « d’expériences de nature ».
  9. Anticiper et déployer une gestion suivie dans le temps et respectueuse de l’environnement.
  10. Partager et expliquer la présence du vivant à la livraison et tout au long de la vie du projet (information, animations), en mobilisant tous les médias (physique, numérique, etc.), afin de développer les « expériences de nature ».

 

Mis à jour le 15 mars 2018.

Ces articles pourraient également vous intéresser :