notre actualité

Territoire Grand Paris Est

16 septembre 2018

#JEP 2018 : L’ART DU PARTAGE AU FORT D’AUBERVILLILERS

Le Fort d’Aubervilliers a ouvert ses portes lors de cette 35eédition des Journées Européennes du Patrimoine. Du théâtre équestre Zingaro, aux artistes Jean-Michel Pradel Fraysse, Laurence Favory en passant par le collectif Fort Recup, les artistes et résidents présents sur le site ont fait découvrir leur travail, leurs lieux de création et le site de 36ha en cours de transformation vers un nouveau quartier : un beau moment de partage entre natures et cultures organisé dans le cadre d’une balade mystère avec la ville d’Aubervilliers.

L’art du partage est le thème de cette édition. Il fait particulièrement écho ici : ancien site militaire, site d’accueil des premiers mouvements de cultures urbaines, site aux activités culturelles multiples, le Fort d’Aubervilliers est dans son identité même un site de partage.

 

Comme le souligne le Ministère de la Culture dans son dossier de presse, l’historien français Jacques Le Goff écrit dans sa préface du livre Visions d’Europe que « L’histoire est mouvement. Au sein de ce mouvement, l’Europe est construction. Elle se fait lentement, dans la longue durée, comme toutes les créations historiques d’importance.». Partager le patrimoine c’est permettre aux citoyens de mieux comprendre ce qui les rapproche en partageant des valeurs communes historiques et esthétiques dépassant les rivalités et les irrédentismes identitaires.

 

Construit entre 1843 et 1846, le Fort d’Aubervilliers fait partie des seize ouvrages militaires initiés par Adolphe Thiers pour renforcer le dispositif de défense de Paris sur tout son pourtour. Cette fortification contrôle alors le passage de la Route de Flandre, actuelle RN 2.

 

Témoin de l’architecture militaire du 19e siècle, le fort prend la forme d’un pentagone à cinq bastions sur un espace de 26 hectares. Situé d’abord sur la commune de Pantin, il est rattaché à Aubervilliers en 1851. Après l’effondrement des armées de Napoléon III, il sera occupé par les troupes prussiennes au moment du siège de Paris en 1870. Dans les années 1920, il abrite un laboratoire de recherche sur la radioactivité où travaillent les Joliot-Curie. A partir de 1935, des parcelles potagères gérées par la Société des jardins ouvriers des Vertus occupent les terrains devant les fortifications.

 

A la fin des années 80, le théâtre équestre Zingaro s’installe sur sa partie ouest. Ses spectacles, où hommes et chevaux se partagent les rôles, donneront au lieu une notoriété internationale.

 

Aujourd’hui le site se transforme. Un urbanisme transitoire, installé au cœur du site,  va accompagner la première phase du projet urbain du Fort d’Aubervilliers (8 ha sur les 36 ha du Fort), située sur le secteur Jean-Jaurès, bordant l’ex RN2. Environ 900 logements familiaux vont y être réalisés dont 50% de logements sociaux. Un pôle commercial et d’activité de 6 500 m² animera l’ex RN2 et un cours nouvellement crée à l’intérieur du futur quartier. Un jardin public de 5 000 m² sera aménagé sur le bastion Ouest du Fort, surplombant l’activité du théâtre équestre Zingaro. Une crèche de 60 berceaux et une école de 12 classes seront construites.

 

La ZAC créée en 2014 engage un projet de couture urbaine en lien avec la RN2 et les quartiers en renouvellement urbain d’Emile Dubois et de la Maladrerie.

 

Mis à jour le 16 septembre 2018.

Crédit photos : Michael Barriera.

 

Ces articles pourraient également vous intéresser :